Eng Rus
Lot 675:
[Hortense BEAUHARNAIS].
400 500
Correspondence to Baron Devaux, intendant of Queen Hortense. 1812-1820. 4 documents Letters and documents addressed to Michel-Victor-Frédéric Devaux-Moisson, parent of General Devaux, as steward of Queen Hortense. [Hortense de BEAUHARNAIS]. Correspondance au baron Devaux, intendant de la Reine Hortense. 1812-1820. 4 documents de 7 pp. ½ in-4, demi-page in-12. Lettres et documents adressés à Michel-Victor-Frédéric Devaux-Moisson, parent du général Devaux, comme intendant de la Reine Hortense. Comprend : Avril 1812 : billet aut. de la Princesse STEPHANIE Tascher duchesse d’Arenberg, reconnaissant avoir reçu avec l’autorisation de sa cousine la Reine Hortense et des mains de Mr le baron Devaux son intendant, huit mille francs, qu’elle s’engage à payer en deux ans. Avril 1814 : lettre de Labarre, donnant des nouvelles de l’avancée des troupes alliées, après l’abdication de l’Empereur : Il est arrivé ce matin un nombre prodigieux de Polonais à St-Leu. Il lui apprend que le maire a donné un billet de logement au château de la Reine Hortense pour le général Prasinsky, deux aides de camp, un officier de santé, et la suite des domestiques, avec 21 chevaux. J’ai de suite été chez le maire pour lui dire que d’après des ordres supérieurs, la Reine était dispensée de loger qui que ce soit de troupes étrangères ou françaises, et qu’en conséquence même Sa Majesté venait demain loger au château, que sa suite arrivait ce soir (…). Malgré ses protestations, le maire lui a refusé ce privilège ; à l’arrivée du général et de son aide de camp au château de la reine, il n’a pu refuser longtemps la porte et leur a donné trois petites chambres du rez-de-chaussée et surveille le mobilier, etc. Il demande de prévenir la Reine de ces événements. Février 1815 : lettre de la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur, réclamant le paiement des pensions et trousseaux de plusieurs élèves placées à la Maison royale de St-Denis par l’Impératrice Joséphine ou par Mme la duchesse de St-Leu, avec le détail nominatif et des sommes dûes. Note détaillée sur le domaine et le château d’Engensberg après 1823, en Suisse pour une éventuelle acquisition par la Reine Hortense, vantant les mérites de sa position et un devis des constructions, réparations et ameublement restant à faire, avec une estimation des propriétés. Il est remarqué que le château de Mme Parquin se trouve « à deux portées de fusils » ; celui d’Arenenberg appartient à Mad. la duchesse de St-Leu, à un quart de lieue. Les chemins et sentiers qui conduisent à ces divers endroits offrent les sites les plus pittoresques et les plus variés des bois, des vergers, des cascades et partout une végétation admirable (…).