Lot 614:
Napoleon Bonaparte. 1769-1821.
Emperor of the French. Letter signed "Nap" to Prince Eugene. Paris March 27, 1806 at 10 o'clock in the morning. 1 pp. in...
Emperor of the French. Letter signed "Nap" to Prince Eugene. Paris March 27, 1806 at 10 o'clock in the morning. 1 pp. in-4, filigree with the effigy of the Emperor. A long letter about the scandal provoked by the affair of Cardinal Oppizoni, Archbishop of Bologna, who is accused of procuring. NAPOLEON Bonaparte. 1769-1821. Empereur des Français. Lettre signée « Nap » au prince Eugène. Paris 27 mars 1806 à 10 heures du matin. 1 pp. in-4, filigrane à l’effigie de l’Empereur. Longue lettre à propos du scandale provoqué par l’affaire du cardinal Oppizoni, archevêque de Bologne qu’on accuse de proxénétisme. Si le Card. Oppizoni n’est pas coupable, ce qu’on lui a fait demande vengeance ; s’il est coupable, ce qu’on lui a fait n’en est pas moins très mal. Napoléon demande au prince Eugène de s’entretenir avec le cardinal et de lui dire son opinion à ce sujet, tenant l’administration de Bologne comme véritable coupable et devant être punie exemplairement. Si en effet l’accusation n’est pas vrai, faites venir la prostituée, la tante, l’employé qui aurait fait le rôle du Cardinal et donnez le plus grand éclat à cette infamie. Mais il faut être bien sûr des faits (…). Cependant, Napoléon reste perplexe et pense l’affaire plausible. L’interrogatoire du Préfet, de l’employé qui est supposé avoir fait le rôle du Cardinal, ce que le Cardinal vous dira confidentiellement, ce que vous aurez vous-même remarqué (…), ces diverses données fixeront mon opinion et alors je prendrai, s’il le faut, un décret pour créer un tribunal extraordinaire. Car une telle infamie serait un crime envers tous les citoyens ; mais le crime serait bien grand envers un cardinal. Ce serait attenter envers la Religion et mettre le désordre dans l’Etat… J’ai cependant peine à croire qu’on puisse se rendre coupable à ce point pour faire seulement niche à l’Eglise (…). Elevé au cardinalat en 1804 par Pie VII, l’archevêque de Bologne avait été nommé sénateur et décoré de l’Ordre de la Couronne de Fer par Napoléon. Le Cardinal Oppizoni montra pourtant peu de reconnaissance envers l’Empereur ; il résista à la politique impériale, s’opposa au divorce de Napoléon et refusa d’assister à son mariage avec Marie-Louise. Il sera détenu au fort de Vincennes jusqu’à la fin de l’Empire.