Lot 288:
150 200

MIKHAIL CHEMIAKIN (1943) Two lithographs from the series 'Carnival of St Petersburg'

signed ‘M. Chemiakine’ (lower right) and numbered ‘25/275 and 27/275’ and (lower left) lithograph on paper Image: 14 x 14 cm «Je me considère comme un peintre cosmopolite ou plus exactement «international» selon l’idée que l’art n’a pas de frontières.» Mihaïl Chemiakin Mihaïl Chemiakin naît à Moscou en 1943, sculpteur, décorateur de théâtre, peintre tcherkesse représentant controversé de la tradition de l’art non-conformiste de Saint-Pétersbourg, il développe un intérêt pour l’art dès son jeune âge. Son père militaire est nommé Commandant dans différentes villes d’Allemagne de l’Est. La famille Chemiakin s’y installe en 1945. Il grandit dans l’Allemagne de l’Est occupée. De retour en Russie en 1957, il est admis à l’école secondaire spéciale de l’Académie des arts Repine à Leningrad. Il est renvoyé en 1959 pour non conformisme aux normes de l’art réaliste socialiste et doit alors exercer divers métiers. Il est soumis au traitement obligatoire réservé aux dissidents idéologiques dans une clinique «spécialisée». En 1971, Chemiakin est contraint de quitter l’URSS. Il s’installe d’abord en France, puis à New York en 1981 et revient en France en 2007, il installe son atelier et sa bibliothèque de recherche à Loches en Indre-et-Loire, tombé amoureux de la région il y acquiert une demeure. Parallèlement à sa carrière internationale, Chemiakin est réhabilité à partir de 1988 par la Perestroïka. Il est à présent considéré comme un des plus importants peintres de la nouvelle école russe. Les recherches entamées dans les années 1960 sur l’art de tous les âges et de tous les peuples ont donné lieu à une collection de millions d’images classées par catégories techniques, historiques et philosophiques, qui a valu à l’artiste cinq doctorats honorifiques et constitue la base de son Institut de philosophie et de psychologie de l’art. Mihail Chemiakin travaille dans un large éventail de médias et sur des thèmes qui vont du théâtre à la philosophie, créant des séries telles que «Le carnaval de Saint-Pétersbourg «, «les natures mortes «, «Têtes métaphysiques», «Les anges de la mort», «Les Cocons», ainsi qu’un groupe de 50 personnages, représentant «La mort des Rois». Les œuvres de Chemiakins font partie des collections permanentes de nombreux musées, dont le Metropolitan Museum (New York), la Galerie d’État Tretyakov (Moscou), le Musée d’État russe (Saint-Pétersbourg), le Musée d’art de Sao Paolo (Brésil), le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Yad Vashem et le Musée d’art moderne de Tel Aviv, ainsi que de plus petits musées en Russie et aux États-Unis.
Ne ratez pas les dernières nouvelles sur nos initiatives et nos ventes aux enchères.
|
© 2017-2022 Hermitage Fine Art
CONTACT
Hermitage Fine Art

APPELEZ-NOUS +377 9 777 39 80

EMAIL info@hermitagefineart.com

BUREAU Le Park Palace, Avenue de la Costa, 98000, Monaco